FETES DE FIN D’ANNEE DANS LA VILLA

Cette galerie contient 7 photos.

Pour donner un peu de gaieté à notre rue en cette période de grisaille et de froid, l’association Villa Belle Belle belle, soutenue par les riverains, a souhaité décorer la villa. Pour cette première année, merci de votre investissement et … Continuer la lecture

Toutes les galeries | 3 commentaires

LE GINKGO BILOBA DE LA VILLA

Au 15 villa du Bel -Air, se trouve un arbre en or à l’automne. Il s’agit du Ginkgo Biloba, ou arbre aux mille écus.

Originaire de Chine, il  est considéré comme en voie de disparition à l’état naturel. Il est classé parmi les conifères, bien qu’ayant un feuillage caduc. Les feuilles en forme d’éventail sont portées par un long pétiole, elles sont vert vif en été et deviennent d’un beau jaune d’or à l’automne.

Il peut atteindre 20 à 30 mètres. Il existe des mâles et des femelles.Sa longévité est exceptionnelle, on dit qu’il peut atteindre 4000 ans !

Quelle splendeur en automne dans la villa.

Publié dans Actualités, Les arbres et plantes de la villa | 2 commentaires

BEL AIR, LE PARADIS DES GRAFFEURS

Dans l’univers complexe du graffiti et du street art,on trouve de tout, le meilleur et le pire. Le graffiti est une branche artistique ou vandalistique, selon les avis, de la culture Hip Hop, déclinée en milieu urbain. Cette expression artistique est venue des Etats- Unis  vers la fin des années soixante.

Il en est de même sur la Petite ceinture, espace que les graffeurs se sont approprié depuis longtemps. D’abord de façon clandestine quand elle était encore officiellement fermée,  jeunes et agiles sur leurs baskets silencieuses, ces chasseurs de murs et autres supports, nous laissent leurs traces éphémères. Seuls les tintements  des aérosols  dans leurs sacs à dos, les trahissaient parfois.

Depuis l’accès facilité à la Petite ceinture, en particulier à Bel-Air, les artistes du street art s’en donnent à coeur joie…Drôle, ce bébé « ni repris ni échangé » à deux pas de la maternité de l’Hôpital Trousseau. Courageux, ce deux roues,  plus tout jeune, accro aux rails de la PC. Et ces trois copains,  l’un édenté, vociférant, l’autre bouche cousue, mais les yeux bien ouverts et le troisième  les yeux bandés et la moue expressive, que nous disent -ils ?..

Au début des années soixante dix, le graffiti était seulement une signature. Devenu une mode chez les ados, on a vu des noms écrits partout. Avec pour se différencier, des évolutions de style, de lettres

 

 

 

 

 

Publié dans Actualités | Un commentaire