UNE TRISTE DISPARITION

UGO, le fils de notre amie et voisine du fond de  la Villa du Bel-Air, Delphine Panier , vient de nous quitter après s’être battu longuement contre une terrible maladie.

Nous garderons le souvenir de son beau sourire de 23 ans  et de son extrême gentillesse.

Puissent les souvenirs heureux dans la villa,  qu’il aimait beaucoup, les témoignages de ses amis et l’affection des voisins et amis aider sa  famille à surmonter l’épreuve.

Avec toute notre affection.

Ce contenu a été publié dans Actualités. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à UNE TRISTE DISPARITION

  1. Sev Denis dit :

    Que sa maman et ses proches accueillent mes pensées de soutien et de partage dans cette épreuve indicible.
    Sincèrement et totalement avec vous
    Séverine Du6

  2. Gazeau dit :

    De tout cœur avec Delphine
    Bruno

  3. Favier dit :

    Tout notre soutien dans l’épreuve.
    Si jeune, si beau, trop tôt parti.
    Bises

  4. Comment se consoler? Le petit poète de la villa s’en est allé après des mois de lutte contre la maladie.Ugo que nous avons vu grandir avait toujours un œil sur les plantations,sur les fleurs nouvelles,et prenait le temps d’apprecier les petits changements et d’en discuter toujours ouvert et curieux.Delphine ,sa maman lui a idonné des nouvelles de la villa plusieurs fois notamment au printemps sur la couleur des tulipes à sa demande.Notre petite famille de la villa a ainsi accompagné Ugo à sa manière…Je garde de lui la douceur de son regard.Delphine sa maman jamais résignée nous a transpercé le cœur par son amour et son courage.Puisse t elle aujourd’hui sentir combien on a envie de la soutenir et de l aimer
    Anne et Michèle

  5. FARDOLLI Jean Serge dit :

    Delphine,
    Nous sommes très touchés de la disparition d’ UGO, nous sommes à tes côtés, n’hésites pas à nous contacter, à partager avec nous.
    Nous pensons à toi.
    Jean Serge & Denis

  6. Sonia Emprin dit :

    Chère Delphine,
    Mon cœur est lourd de savoir que je ne croiserai plus Ugo dans le jardin, sur les pavés de la Villa au hasard des rues du quartier, mais il déborde de gratitude d’avoir croisé son chemin. C’est la gentillesse, l’amitié, le courage d’Ugo et son optimisme que je garde précieusement. Samuel et Vicente se joignent à moi pour témoigner à ceux, proches famille et amis, qui continuent leur route ici bas, tout notre soutien.
    Nous pensons à toi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *